30/04/2015

Un dernier « Au revoir » à un grand Monsieur... Salut Régis ...

 

Regis_Ghesquiere.jpg« Incroyable, pas possible, pas normal, c’est injuste,... »... Ce sont quelques-uns des mots entendus avant et après la cérémonie d’adieu consacrée à Régis ce lundi matin... Et pourtant, c’est bien une réalité, Régis, Régis Ghesquière n’est plus de ce monde... Régis, l’époux, Régis le papa, Régis l’ami, le copain, le confident, l’entraîneur, le coach, cet Homme aux qualités humaines hors du commun a tiré définitivement sa révérence... On ne verra plus sa grade carcasse prodiguer ses conseils à ses athlètes, à ses enfants qui buvaient ses paroles comme on écoute un Champion qu’on respecte ! 

Près de 700 personnes s’étaient déplacées en ce début de semaine pour rendre un dernier hommage à cet athlète hors du commun et ce malgré une température assez fraîche. Si sous le coup de 10 heures le soleil brillait de mille feux on ne percevait que des mines tristes dans et autour de l’église du Sacré-Cœur qui pour l’occasion était bien trop petite accueillir cette immense foule qui souhaitait accompagner Régis dans son dernier voyage, son dernier décathlon oserais-je dire... 

Régis avait élu domicile à Dottignies avec sa famille. Mais Marie-Hélène, son épouse qu’il adorait, et ses enfants, Sarah et Peter qu’il chérissait tant, avaient choisi l’église du Sacré-Cœur à Mouscron pour cet ultime « Adieu ». Sans doute parce que c’est à l’ombre de cet église, là, à quelques mètres, quasi dans le jardin de cet édifice, que se dresse la plaine des sports de la rue Achille De Backer. C’est là que Régis a fait ses premiers pas sportifs, c’est là qu’il s’était entraîné d’arrache pieds pour représenter deux fois sa ville, Mouscron, aux Jeux Olympiques... C’est là aussi, sur cette plaine qu’il a couru, sauté lancé... sans discontinuer pour arracher ce superbe palmarès qui est le sien... Régis en a passé des heures et des heures à se perfectionner sur et autour de cette piste... C’est là qu’il a sué corps et âme pour devenir aussi Champion de Belgique de décathlon à quatre reprises... 

Vingt minutes avant le début de la célébration, il ne restait quasi plus aucune place de libre dans l’église de la rue de la Station où une émotion emplie de tristesse était plus que palpable... 

Quelques jeunes athlètes Mouscronnois qui avaient côtoyé Régis étaient présents. D’anciens compagnons de piste avaient également tenu à être présents... Mais que dire de la délégation tournaisienne de la R.U.S.T.A, club où Régis avait été accueilli les bras ouverts, tel un Messi par les dirigeants locaux... Atteint par la limite d’âge professionnellement, Régis se voyait mal ne plus pouvoir prodiguer ses bons conseils sportifs... S’il avait attrapé le virus de l’athlétisme, il voulait aussi contaminer les autres... C’est donc presque contraint et forcé qu’en août dernier « notre » Régis rejoignait le team tournaisien  parce que certains décideurs locaux n’avaient plus envie de le voir à Mouscron... Nul n’est prophète en son pays...  

Tous ces jeunes de la R.U.S.T.A, une rose blanche à la main et tous habillés aux couleurs de leur club, avaient brossé leurs cours pour rendre un dernier hommage à leur entraîneur... Un entraîneur certes exigeant mais apprécié de tous... Athlètes, parents et dirigeants ne pouvaient que se féliciter d’accueillir un tel personnage chez eux ! En jetant un regard vers ces jeunes athlètes, on percevait des yeux rougis, des larmes qui coulaient sur leurs joues. Nul doute qu’en quelques mois il aura marqué à tout jamais de son empreinte tous ces jeunes sportifs... De nombreuses classes n’affichaient certainement pas « complet » dans le tournaisis...  

Dans l’assemblée, on dénombrait également beaucoup de jeunes qui accompagnaient leurs proches parents. Des jeunes qui avaient également préféré venir saluer une dernière fois leur Régis plutôt que de se rendre sur les bancs de leurs écoles... 

Un bel hommage rendu à Régis par cette jeunesse qu’il chérissait tant et en qui il voyait l’avenir de notre société... Une société qu’il voulait juste... 

Tous ces jeunes qui faisaient la fierté de Régis et qui, avec leurs parents, souhaitaient aussi par leur présence, lui dire un dernier Merci, lui démontrer une dernière fois tout le respect qu’ils avaient pour cet entraîneur certes pointilleux, mais ô combien sincère, juste et intègre ! Des qualités rares de nos jours ! Mais ces qualités, Régis les possédait toutes...ainsi que bien d’autres d’ailleurs... L’athlétisme étant tout pour Régis, c’était une vocation, c’était sa vie, c’était pour lui une école de vie... Régis souhaitait que ses « jeunes » deviennent des sportifs accomplis, il s’est aussi battu pour faire de ces jeunes de vrais athlètes, mais aussi et surtout des femmes et des hommes responsables pour l’avenir. 

Sur la première chaise de chaque rangée, un petit mot était déposé... Sur un de ceux-ci on pouvait y lire au-travers d’une écriture soignée « Grâce à toi j’ai fait des miracles en perche, tu râlais tout le temps parce que je descendais ma main gauche. Maintenant je ne le fais plus, mais tu n’es plus là pour le voir. Enfin, qui sait ? Tu me disais tout le temps de refaire des compétitions, maintenant j’en refais, mais même si je fais des records, tu n’es plus là pour être fier, enfin je ne sais pas le savoir. Où que tu sois tu seras toujours dans ma mémoire, et moi je serai toujours fier d’avoir été entraîné par le meilleur. Je te rendrai hommage à chaque compétition et je viendrai te dire un dernier au revoir lundi prochain ». Ce message est signé Pierrot DROSSART ton meilleur perchiste. 

Sur son cercueil qui trônait au milieu de l’allée principale, un de ses maillots côtoyait quelques fleurs ... 

A l’entame de la messe, l’église était comble... De nombreuses personnes se trouvaient à l’extérieur...  L’émotion monta encore d’un cran lorsque des jeunes, des trémolos dans la voix, prirent la parole pour parler de leur « coach », de celui qui leur a donné et leur donnera encore envie de se surpasser, de dépasser leurs limites... Ils lui ont tous promis de continuer dans la voie qui leur a tracée ! 

Oui, Régis, tu as été et sera encore un exemple pour beaucoup de jeunes qui t’ont côtoyé ... Des mots durs aussi entendus et envoyés à certains « faux-culs »... qui se reconnaîtront et qui heureusement, ont eu la décence de ne pas se pointer ce lundi matin... 

Et oui, pendant que Régis se battait pour offrir du Bonheur aux jeunes et ce dans le plus grand désintéressement, d’autres (ir)responsables communaux ne pensent qu’à garnir leur portefeuille... 

Après une cérémonie teintée d’une grande émotion, c’est peu avant midi, et sous un tonnerre d’applaudissements que Régis, suivi de sa famille et de ses amis, quittait l’église. 

Il ne reste plus qu’à espérer que l’appel du pied lancé au Collège communal par son fils Peter, soit entendu, et que le stade d’athlétisme porte désormais son nom... Ce serait une superbe reconnaissance pour tout ce que ce grand Monsieur a fait pour la renommée de la ville, de sa ville. 

Salut l’Ami... Tu as été et resteras un bel exemple pour beaucoup d’entre nous !

Sur la photo qui illustre ce post, vous pouvez découvrir le petit texte offert aux personnes ayant assisté aux funérailles de Régis ainsi qu'une photo de Régis accompagné de Stéphanie Carbonnelle, vice-championne de Belgique Lbfa en pentathlon. Toute la fierté de Régis de voir son athlète récompensée se lit sur son visage...

 

12:33 Écrit par Vercruysse Dominique - Mouscron - Ambition2000 - A.D.M dans Actualité, Actualités mouscronnoises, Adieu, Régis Ghesquière | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

un grand homme c est sur mais si simple alors que d autres se croit si grand et s il s il suivait l empreinte que Régis c est construit seul c est battut à mainte reprise contre ses égoïstes certains faux cul ont brillé de leurs absence d autre y était mais même poser un dernier regard sur le cerceuil ne leur fut pas possible comme quoi ont peu se sentir mal alaise parfois ... mais fallait bien y aller quand ont prétend ne rater aucune funérailles .....
qu il repose en paix tu était et resteras un grand Homme Régis .
le stade Régis Ghesquiére je pense qu il le mérite mais encore une fois cela dérangera et ce sera toujours les mêmes

Écrit par : jean louis | 01/05/2015

Bonjour Dominique,

En effet, ravi d’avoir pu échanger quelques mots en votre compagnie au sujet de notre Ami Régis tant regretté ... Votre résumé de la Cérémonie est parfait, il laisse transparaître la réalité.

C’est vrai, cette Cérémonie aura été marquée par une toute grande émotion des personnes présentes, très rarement j’ai connu celà ... Mais ce qui aura été frappant, et qui ne m’étonne qu’à moitié, c’est l’unanimité des sentiments et ce que Régis “dégageait” envers les autres / laissait transparaître de lui-même ...
Tous, absolument tous, vont dans le même sens, c’est merveilleux mais tristement cruel car nous étions réunis ce lundi pour cet ultime “Au revoir”.

Encore maintenant je n’arrive toujours pas à réaliser, je l’imagine à l’entraînement, il va bien, il est heureux ... mais d’un coup la réalité me ramène sur terre, je regarde sa photo, et oui Régis tu n’es plus là ... heureusement il sera pour toujours dans nos têtes, dans nos Coeurs, et ça personne ne pourra nous l’enlever !!!

Le temps fera son oeuvre, mais ce ne sera pas évident, comme l'a justement bien dit Peter: "Que c'est dur, que ce sera dur !" -> car Régis c’était Régis !

Une dernière chose Régis, ça aura été un immense Honneur pour moi de t'avoir eu comme Entraîneur (même plus qu'un Entraîneur !), une leçon de vie, un guide de vie. Nous partagions les mêmes Valeurs, c'est sans doute pour celà que tout coulait de source entre nous, des fois pas de mot, juste un clin d'oeil, une expression dans le visage pour se comprendre. Comme déjà dit à maintes reprises, encore merci pour tout Régis ... MERCI !!!

Amicalement,
Laurent, Karin & Enzo

Écrit par : Winne Laurent | 01/05/2015

Régis était tellement un grand homme que certains se sentaient écrasés, avaient l'impression qu'il leur faisait de l'ombre. Dommage que ces petits esprits n'aient jamais compris que le but de Régis était juste de les protéger du soleil, de prendre les gens sous son aile.
Mais, aussi égoïste que cela puisse paraître,tant pis pour eux, tant mieux pour toi (ils ne te méritaient pas coach) et tant mieux pour nous.

Sans ça nous n'aurions jamais eu la chance de rentrer dans le cercle très ouvert et chanceux des "athlètes de Régis". Ces derniers mois passés avec toi ont été magiques ! Et ce stage le mois denrier...
Des coachs, j'en ai connu plus d'une douzaine. Mais des comme toi, aucun. Tu étais d'une générosité sans pareil, ton goût du travail était contagieux et tellement bénéfique à tous.
Tes entraînements étaient de très haut niveau. Tu avais des yeux, des intentions, de la voix et du coeur partout !
Tu étais juste et drôle.
Tu étais efficace et gentil.
Tu étais charismatique et accessible. Tu étais respecté et aimé plus que tu ne peux l'imaginer.

Demain et le week-end prochain, nous allons disputer les interclubs... Ta présence, ton enthousiasme et ta motivation nous manquerons. Mais Dieu sait que nous allons nous battre pour montrer à tous quel coach exceptionnel tu as été ! Je t'imagine déjà crier, t'énerver et bouger dans les sens là où tu es.
nous soutenons tous Peter, Sarah et Marie-Hélène dans leur démarche. Donner ton nom à un stade d'athlétisme, à un lieu fréquenté par tant de jeunes passionnés serait simplement logique, juste, normal.
Mais sachez que quoique soit l'issue de cette demande, vous aurez toujours votre place à la RUSTA ! Club qui entamera bientôt (nous l'espérons) la construction de toutes nouvelles infrastructures selon des plans si judicieusement repensés par Régis...
Il nous aura marqués jusqu'au bout ce bonhomme !

Merci beaucoup pour ces textes maginiques Dominique !

On t'aime coach, tu nous manques.

Margot (la vieille, mamie)

Écrit par : Margot | 01/05/2015

Merci régis merci et un petit mot pour tous ce qu il a fait en effet mon fils mehdi et hyperactif et ben jamais il n'a mis mon fils sur le côté bien au contraire il la pris sous son aile avec Sarah sa fille il l appeler ma petite crevette pas souple car il étais et encore petit pour son âge mais il a dit que lui aussi étais petit au même âge il ce fâché pour ca mehdi n'a pas compris au début que c étais pour son bien mais la il y repense et en rie il adorer son coach à un point qu il voulais arrêter l athlétisme quand il a arrêter d être coach à l école et perdu son club maintenant la donne a changé il travail à fond pour lui adresser ub jour ça premier médaille il n est plus son coach mais son modèle voilà ce qu est devenu régis au yeux de mon petit bonhomme de 11 ans un héros son modèle un homme droit et digne qu il aspire suivre c est pas une maman fière d avoir connu un homme extra

Écrit par : toutain | 01/05/2015

Regis tu étais un homme courageux qui m'a toujours dit de ne pas baisser rien que pour toi je ne baisserai jamais les bras repose en paix
À toi mon coach de alix knockaert
Je t aime et je t aimeras n importe où tu sera Je t aime ALIX knockaert"

Écrit par : knockaert | 02/05/2015

Avec ton départ, Régis, c'est toute une période de mon adolescence qui resurgit... Ça remonte à 1970, ou à peu près... A l'école des Dames de Marie, notre prof de sports nous avait annoncé qu'un stade d'athlétisme avait ouvert ses portes. Au premier entrainement, nous étions très nombreuses. Tu avais même dit avoir été affolé en nous voyant arriver. Au fil des semaines, nous ne sommes restées que quelques unes. Avec Marie Hélène, Christine, Corine, Carine et quelques autres..., J'ai été parmi les premières à avoir eu la chance de t'avoir comme entraineur...
A travers l’athlétisme, tu nous as appris à nous battre, à nous dépasser, à aller au bout de l'effort, à viser toujours plus haut, plus loin, plus vite. Tu nous as appris tout simplement l'école de la vie. Quoi de plus important quand on est adolescent?
Merci Régis pour tout ce que tu m'as transmis. Oui, je suis vraiment fière d'avoir été une de tes premières athlètes...

Écrit par : véronique masurel | 02/05/2015

Les commentaires sont fermés.