11/11/2017

Le bio : Méfiance ! Méfiance ! Méfiance !

Crêpe Bio.jpgIl n’existe pas un jour sans qu’une revue, un quotidien une émission télévisée ne nous placent une information dédiée au bio

Las de travailler quasi à perte pour des multinationales ou de grands groupes financiers, certains producteurs se sont lancés avec plus ou moins de succès dans l’élevage ou la culture bio…

Mais, comme en tout, il y a à boire et à manger…

Un ami est un grand adepte de cette manière de s’alimenter. Même ses poules mangent bio laughing. Il me sert de temps en temps un rosé ou même une bière bio. Bref, il vit bio… Mais tout adepte bio qu’il soit, il s’est quand même offusqué en découvrant le contenu des crêpes que son épouse avait achetées dans une surface dédiée au bio.

Si son paquet de crêpes de Bruges portait le label Biogarantie et le label européen, on pouvait également lire sur l’emballage les mentions Recette artisanale à base d’ingrédients naturels et Préparées avec des produits biologiques. Mais en déchiffrant la liste des ingrédients repris sur cet emballage, il a constaté que les crêpes contenaient entre autres un émulsifiant E471, un acidifiant E330 et un colorant E160.

De bien grands mots qui pour moi ne veulent absolument rien dire.

Il s’en est offusqué au point de s’empresser d’envoyer un mail à « Nature et Progrès » pour dénoncer la composition des crêpes qui lui laisseront sans doute un petit goût amer en bouche s’il les mange.

Très étonné, il signale au correspondant de Nature et Progrès que sauf erreur de sa part le label européen est laxiste et le label AB est limite ! Il était persuadé par contre que les labels Ecocert, Nature et Progrès e Biogarantie étaient bien plus stricts !

Très soucieux de la qualité de vie de sa famille, il a approfondi ses recherches et a remarqué que l’E471 est classé comme peu dangereux mais qu’il ne faut pas en abuser. Il est d’ailleurs exclu dans l'alimentation bio dans l'UE et aux E-U ? L'acide citrique est présenté comme inoffensif sauf à fortes doses... Pour le colorant E160al on peut lire : le bêta-carotène E160a, toutes versions confondues, est exlu de la filière d’alimentation bio dans l’Union Européenne comme aux Etats-Unis (exception américaine pour le bêta-carotène spécifiquement extrait des carottes). 

Si dans le courrier qu’il a adressé à « Nature et Progrès » il précise qu’il n’est pas un spécialiste en la matière (ben tiens !) il précise cependant qu’il se pose quand même quelques questions comme « Pourquoi donner un label bio (sérieux ?) à ce produit ou à d’autres produits alimentaires utilisant des émulsifiants, des colorants, des acidifiants et autres « joyeusetés ». Il pose également la question de l’éventuel effet « cocktail » et se questionne sur les intérêts financiers en demandant s’il est à ce point important pour que la filière bio lâche la bride à bien des égards. 

Il termine et je cite « une multitude de questions parmi d’autres qui me font penser que manger bio est peut-être un moindre mal…mais jusqu’à quand ? ». 

A l’heure de clôturer cet article j’ignore ce que sont devenues ces crêpes et mon ami n'est toujours pas hospitalisé smile. Voulant sans doute prendre soin de ma santé, il ne me les a pas données… Les a-t-il dégustées ou tout simplement mangées ? J’en doute ! Les a-t-il refilées à ses poules ? je ne le pense pas ! 

Si réaction de Nature et Progrès, je ne manquerai pas de vous tenir au courant. 

Le début d’un feuilleton en plusieurs épisodes ? 

17:05 Écrit par Vercruysse Dominique - Mouscron - Ambition2000 - A.D.M dans Bio | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |